Bulletin Mensuel de Janvier 2021

« La patience d’un cœur est en proportion de sa grandeur» (proverbe arabe)

 

               « La patience d’un cœur est en proportion de sa grandeur» C:\Users\Cécile\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Content.IE5\HQLTA3Y7\8707670598_cdcfde7569_b[1].jpg

 

Proverbe arabe

 



JANVIER 2021



Mot du Président Henri LELION

 

Chers membres et bénévoles,

Au nom du CA, je vous offre mes vœux très cordiaux de bonne année 2021. Malgré le climat anxiogène provoqué par la COVID, nous pensons à vous et planifions des activités se poursuit (accueil téléphonique, site internet et permanences du vendredi à Rennes) et ponctuelles (rencontres mensuelles du mercredi à Rennes don’t celle du 20 Janvier). Nous sommes prêts à repartir à 100% pour rester FORTS et UNIS ensemble.

Mercredi 20 janvier – Journée Mensuelle (13h30 - 16h30)

Co-animateurs : Florence et Henri

Henri rappelle que ce débat (initié à 13h45) se terminera à 16h30 pour permettre aux membres de respecter le couvre-feu de 18h. Chacun se présente (12 personnes au départ et 16 à la fin).

Henri : Que vivez-vous actuellement et que souhaitez- vous pour l’association ?

  • Moi, je souffre beaucoup de solitude et je n’ai pas de famille ici. J’ai besoin de moi sentir utile. J’assiste aux rencontres hebdomadaires. J’aime les sorties régulières. J’aimerais découvrir la région et les gens.

  • Je vis à la campagne et je ne souffre pas du couvre-feu/confinement. Ca fait prendre conscience que le problème sanitaire est réel. Il va y avoir des retombées et ça m’inquiète pour la société. Ca va peut-être ouvrir des horizons différents ne serait-ce que vis-à-vis de la nature. Sur peut garder notre optimisme malgré la crise.

Florence : Trouver du positif dans cette période, c’est bien !

  • J’ai bien vécu le premier wagon de confinement c’est pendentif l’été, mais là, ça commence à m’atteindre car je vis seule. Ca va mieux depuis ma visite à un hypnothérapeute qui m’a bien aidé. Heureusement je me sens utile à Lueur d’Espoir comme trésorière. Je souffre de la situation car je suis tactile et je ne peux plus toucher les personnes proches et ça me manque. Mais je suis contente de venir et rencontrer du monde en personne.

Henri : Est-ce-que vous souhaitez aussi revoir des intervenants, conférenciers lors des rencontres mensuelles ?

  • Boire et manger nous sont interdits donc faut-il privilégier la parole ou l’écoute d’in intervenant ? une fois sur deux peut-être ?

  • Oui, une fois sur deux pour que chaque intervention spécialisée soit bien préparée.

  • C’est important de garder du temps pour échanger ensemble à propos de la dépression.

  • Certains intervenants ont déjà dit que leur implication est trop longue.

  • Avant, les membres exprimaient plus leur malaise, cela aidait tout le monde. Ca incite les écoutants à se libérer de leur mal être. Quand l’esprit est en urgent, sur un besoin de le dire.



C:\Program Files\Microsoft Office\MEDIA\CAGCAT10\j0157995.wmf

 

Henri : Cette ouverture est toujours à l’œuvre ici. Si quelqu’un veut parler de son angoisse, je vous en prie, parlez-en.

  • Je trouve que Lueur une voiture beaucoup changé sur ne peut plus se confier autant et je me replie.

Florence : Auparavant, quand nous étions une trentaine, sur se divisait en petits groupes. Serait-ce mieux encore maintenant ?

  • Le local du vendredi  après-midi ne me convient pas et je me renferme. Je me sens de plus en plus isolée. Je recherche ce qu’il y avait auparavant. J’arrive chez moi et je n’ai plus les mots.

Florence : Faut-il plus favoriser les entretiens individuels ?

  • En fait j’ai un fils qui souffre de perte d’autonomie et je n’ai personne à qui en parler. J’aimerais que les gens me demandent plus commentaire je vais.

  • Faut-il prévoir un temps libre pour que chacun s’entretienne avec la personne de son choix ?

  • Je ne sais pas, je suis mal.

Henri : Je comprends mais sachez que le vendredi je suis le seul bénévole écoutant.

  • Je vais venir participer aux permanences du vendredi jusqu’à 16h mais je ne suis pas écoutante et je ne sais trop comment gérer cela.

Florence : Deux écoutants seraient nécessaires mais 8 personnes seulement peuvent être présentes.

  • Quand tu es très mal, tu n’arrive plus à communiquer. Je ne trouve plus les mots pour m’exprimer. J’ai l’impression d’être face à un vide. Je ne peux pas dire toujours aux personnes que je ne vais pas bien.

  • Est-ce une question d’organisation ou de l’assistance ?

  • Je me suis souvent senti seul au milieu d'un groupe mais jamais à Lueur. Quand des me propos dérangent, je m’éclipse mais c’est très rare. Quand quelqu’un me parle de ses problèmes, ça me sert selon la façon don’t il parle de son malaise.C:\Users\Cécile\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Content.IE5\0B17HVA0\Saint-Cassien_pecheur[1].jpg

  • Quand on est en difficulté, est-ce qu’on peut vraiment écouter le problème de l’autre ? le fait de s’exprimer ici c’est un soulagement. Ecouter oui, résoudre le problème d’autrui, non !

  • La personne en souffrance trouvera elle-même le chemin de la guérison.

  • Le fait de s’épancher dans un milieu qui nous écoute c’est très important. Par contre les gens ne nous demandent pas à la rencontre suivante commentaire nous allons !

  • Toujours accueillir avec respect et bienveillance.

  • Moi, j’écris mon ressenti. Lors de ma crise de 1978, j’étais en scène avec un animateur. Une intérimaire m’a proposé comme porte-parole et ça m’a pris la tête alors je suis parti en H.P. Le psy m’a donné une prescription. Quand mon médecin a lu l’ordonnance, il a refusé mon retour au travail alors que j’avais déjà 1 mois d’arrêt. Donc après d’un simple stage, j’ai été suspendu de travail et j’ai pris les médicaments pour refroidir le corps.

Florence : il est peut-être temps de revoir ta médication ?

  • Sur m’a catalogué bipolaire mais moi je le sentais quand j’allais mal.

Henri : Lueur est un lieu de parole et de partage qui est influencé par nous et les autres. Certaines personnes ne trouvaient plus leur place par moment. Grâce à un entourage de bonne volonté sur peut trouver une solution mais sans garantie ou efficacité immédiatement. Qu’est-ce qu’on pourrait améliorer ?

  • C’est difficile de venir aux permanences du vendredi mais j’airai bientôt un pied à terre dans la zone rennaise. L’autre jour, j’ai fait un entretien participatif extraordinaire au téléphone. J’ai le sentiment d’être en communion avec les 5 autres. J’ai fait une demande de MPPH qui m’a été refusée de façon injuste selon moi. Ne pas prêter attention à la santé mentale, c’est terrible et douloureux.C:\Program Files\Microsoft Office\MEDIA\CAGCAT10\j0299587.wmf

  • Qu’est-ce qui te ferait du bien ?

  • Cette souffrance m’apporte ma sensibilité. Ca me favorise l’attention aux autres.

Florence : C’est très courageux à vous. Cette crise un accentué nettement la solitude. Il va falloir être vigilant au sortir de cette crise.

  • Commentaire faire une force de nos faiblesses ? Commentaire s’en servir pour aller mieux, être utile ? Ne pas penser qu’au négatif.

  • Quand on est dans l’épreuve, sur ne voit pas le positif, sur le voit après. Quand j’ai vu que maman allait couler, j’étais très mal. Mon médecin m’a dit qu’en Epad, les souffrances sont irréversibles. Maintenant que son état est stabilisé, je peux réfléchir.

  • Sur un parfois besoin de passer par des épreuves pour envisager d’autres actions. Des fois, sur n’est pas obligé de freiner nos épreuves. Il vaut parfois mieux les accepter pour s’en servir.

  • « Les bienfaits de la dépression c’est osé ! ».

  • Ca nous aide pour aider à notre tour les autres. Moi j’ai en tout un chemin avec camisole de force et j’ai lu l’annonce de Lueur dans un ascenseur. Je ne savais pas alors qu’une telle association existait.

  • Etre ici aujourd’hui, c’est un signe de force. Il est difficile de dire ce qu’on a vécu. Si je n’ai pas rencontré l’alcool, serai-je aujourd’hui le même ?

  • J’ai reçu beaucoup d’amour de personnes que j’ai rencontrées.

  • Moi je ne suis pas toute seule. Il y a la solitude et la solitude à deux. Je suis lieu pour retrouver un peu de respiration. Lueur est une espérance pour ce que je vis depuis des années. Je désire savoir ce que devient l’association ? j’étais mieux il y a quelques temps. Le jour où je fermerai les yeux, Lueur aura été une partie intégrante de ma vie.

Henri : Plusieurs nous disent : On vient à Lueur avec espoir et on trouve souvent matière à cet espoir même si ce n’est pas automatique. Voilà ce que j’étais avant et voilà qui je suis maintenant.

  • Quelques semaines après mon arrivée à l’association, Emilienne m’a grondé. Cà m’a fait du bien et servi. Le silence que l’on laisse à autrui devient bénéfique pour soi. Echanger les uns les autres est important.

  • J’ai vécu une enfance épouvantable mais il y avait du bon dans l’insupportable.

  • Cela je ne peux le dire qu’ici, il y a 3 oreilles qui m’écoutent et c’est magnifique !

  • La peur de parler et la culpabilité. Quand on dépasse cela, sur va beaucoup mieux. Accepter d’être malade. Sur se envoyé coupable de ne pas pouvoir parler. Mes délires m’ont peut être sauvé.

Henri : il est 15h05. Dans l’heure qui vient souhaitez-vous qu’on continue le débat ou qu’on joue à des jeux ? (le groupe décide une pause de 15 mns puis de poursuivre le débat jusqu’à 16h30).C:\Users\Cécile\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Content.IE5\0B17HVA0\winter-forest-1054055_960_720[1].jpg

  • Si on m’a dit, il y a un un que ça va m’arriver, je me serai écroulée. Sur est encore là voiture sur un puisé en nous-mêmes. Bravo d’avoir tenu le coup ! j’ai découvert des résistances nouvelles à mes épreuves. Avec mon mari c’est compliqué je devais mobiliser des forces pour deux. Je pense que chacun a véhiculé des choses positives. J’aimerais entendre des choses positives de plusieurs autres.

 

  • Sur un réussi à vivre mais pas bien. Il y a plein de réalités anxiogènes. Sur est perdu ! c’est pas naturel, il faut faire attention à tout. Sur subit sans être coupable. C’est difficile et souffrant.C:\Users\Cécile\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Content.IE5\0B17HVA0\sellers-joie[1].jpg

  • Moi, j’ai participé à un débat « obéir ou désobéir ». Obéir oui mais avec sa propre perception. J’ai désobéi par exemple en marchant 12 kms sur des rails de chemin de fer d’une ligne abandonnée, plutôt que le kilomètre permis... Personne ne l’a su.

  • Oui la liberté c’est important.

  • Ce qu’on tirera de cette crise c’est l’entraide, la renaissance de l’entraide.

  • Oui, un nouveau sens pratique en somme.

  • Moi, c’est la solitude qui a été bonne pendentif le confinement. Je me disais souvent que je serai bien au fond d’une grotte. Etre seule m’a fait du bien.

  • Le côté positif c’est d’être retraité en rez-de-chaussée avec un jardin donc pas de souci pour prendre les transports ou éduquer des enfants.

  • Les restaurants, salles de spectacles et sites touristiques sont fermés OK mais a-t-on besoin d’aller si loin pour être heureux ? Sur ne connait pas toujours ce qui est à côté de chez nous. Ouvrir les sentiments, le plus dur voyage c’est d’entrer à l’intérieur de nous.

  • Moi j’ai toujours envie de connaître d’autres peuples et ça me garde en forme. A la télé je regarde surtout les grands reportages. La perception est variable selon chacun.

  • Il en sortira quelque a choisi de bien de toute cette épreuve ! La difficulté, Je l’ai fait en bois brut scandinave.... Une cause de mon dos qui commande, j’ai mis plus de 2 mois à la faire

  • c’est de vivre. Cette année en sachant que je serai seul à Noël et au nouvel an, j’ai refait ma salle de bain en bleu et blanc : quel plaisir !!! Je l’ai fait en bois brut scandinave.... Une cause de mon dos qui commande, j’ai mis plus de 2 mois à la faire.

Henri : Est-ce-que la vaccination en cours nourrit votre espoir d’en sortir ?

  • Oh! oui c’est la seule façon de revivre. Dans les Epad, les résidents sont confinés dans leurs chambres tels des criminels !! Ma mère devait être vaccinée aujourd’hui mais l’acte a été repoussé sans explication.

  • Ma fille est aide-soignante. La COVID a chamboulé tout leur travail. Elle est testée chaque semaine. Elle me dit que le personnel soignant « tombe comme des mouches ». Les délais de vaccination sont rallongés.

  • Oui, le personnel  est épuisé. Ils étaient déjà en sous-effectifs auparavant alors c’est pire aujourd’hui. Moi je suis bénévole dans l’Epad de ma mère et je suis contrôlée 1 à 2 fois par semaine.

  • C’est un scénario de pandémie déjà traité dans la science-fiction.

  • Verser parler de vaccination, c’est difficile de prendre une décision. Je laisse faire les choses et je n’ai pas d’avis définitif.

  • Moi, je suis fait vacciner contre la grippe pour la première fois.

Florence : Pour moi c’est il y a 2 ans. Ne pas avoir la grippe est bien mais ce vaccin ne protège pas contre la COVID.

  • Moi aussi mon médecin m’a dit que suite à mes allergies, il est recommandé d’éviter la vaccination.

  • Je suis diabétique et j’ai demandé à mon médecin qui n’a pas pris une position claire. (oui ou non) donc je ne sais pas quoi décider. Il y a des risques.

  • Nous sommes aussi des auto-soignants. Si je suis convaincu, je serai mieux soigné. Les effets placebo et nocebo donc...

  • Si jamais je ne suis pas vaccinée, ce sera ma décision personnelle, pas la faute d’un autre.

Henri : il reste 15 minutes avant la clôture du débat. Souhaitez-vous que la prochaine rencontre soit consacrée à un débat ou à l’accueil d’un intervenant ?

  • Faire venir un intervenant va prendre tout le temps disponible selon moi.

  • Je suis d’accord, sur un besoin de se retrouver tous ensemble pour échanger.

  • Les vraies valeurs reposent sur les relations humaines.

  • J’aimerais que les échanges se déroulent en 2 parties ; en duo puis en grand groupe.

  • Je suis plutôt pour le partage. Parler en petit groupe est peut-être difficile dans cette salle. L’autre fois, sur nous disait de parler moins fort.

Henri : Bien on se revoit dans un mois pour un autre débat, ensemble de partage.

Bon retour chez vous !

PS. Un grand merci à Isabelle pour le beau rapportage du débat.

 

APPEL AUX COTISATIONS 2021

Comme chaque année, nous vous invitons à verser votre cotisation de 20 euros (montant inchangé depuis 2017). Certaines activités ont été plus rares ou suspendues en 2020 en raison de la COVID : permanences à Saint-Malo, rencontres mensuelles du mercredi, 4 bulletins seulement. Par contre votre cotisation va continuer à payer les frais fixes (loyers, téléphone, impression des documents, frais postaux et les participations des intervenants) ainsi que les activités en re-démarrage cette année bien sûr.C:\Users\Cécile\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Content.IE5\HQLTA3Y7\Breaux_Bridge_-_Joie_de_vivre_-_April_2014_-_2[1].JPG

Nous comptons sur votre amicale compréhension, Merci.

Henri Lelion, président.



COTISATION 2021

Renouvellement :

Nouvelle adhésion :

Veuillez trouver ci-joint ma cotisation pour l’année 2021



NOM .............................................................. Prénom .................................

 

Adresse ................................................................. VILLE ................................... CODE POSTAL

 

Je verset : 20 euros 30 euros 50 euros Autre

 

Par chèque bancaire .............................................................. Par chèque Postal ................................

 

Par virement postal au CCP 2034.01 K RENNES En espèces remises à .........................

 

A ...................................................... le .......................................... Signature









Texte proposé par Cathy – « Voilà près d’un an que j’ai eu envie de proposer ce superbe texte de J. Brel très adapté au passage à une Année Nouvelle ». Cathy Cathy

Le 1er janvier 1968, le chanteur Jacques Brel (1929-1978) lit cette lettre de vœux, pleine d’espoir, aux auditeurs d’Europe 1.

Le seul fait de rêver est déjà très important. Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, feu de l’être et heureux, voiture le bonheur est notre destin véritable.

                                         

Dernière partie de l’entrevue d’Yvon

R : Il y a quelque chose a choisi que j’ai remarqué chez toi Yvon. Quand une nouvelle personne arrive dans l’association, il m’est arrivé plusieurs fois, quand les circonstances s’y prêtent, de te la confier pour que tu lui présentes l’association. J’ai remarqué que tu comme le sens de la transmission. 

Y : Ca me plais beaucoup ce que tu dis. Ca fait partie de mon éducation.  J’ai été menuisier, je suis passé par le compagnonnage. C’est la transmission des savoirs. S’il n’y a pas ça, la vie est pauvre ! En ce moment, c’est les vœux. Elle est où la transmission ? Les gens ne se donnent même plus la peine de les souhaiter. J’essaie d’être clair pour que la personne comprenne qu’elle est là pour s’exprimer, qu’elle n’ait pas peur de dire. Je lui dis qu’il ne faut pas avoir peur, qu’elle peut avoir confiance en l’association. J’essaie de la rassurer. 

A : Commentaire explique tu qu’il y ait moins de personnes qui viennent à la permanence de Rennes depuis quelques temps . Tu comme une idée là-dessus ? 

Y : Les gens sont trop pressés d’obtenir un résultat rapide. Commentaire leur faire comprendre qu’il faut beaucoup de patience ?

P : J’essaie toujours d’axer ce que je dis là-dessus quand j’accueille une nouvelle personne. 

 

Y : J’insisterai aussi sur le fait qu’il n’y a pas d’activités manuelles que l’aide est vraiment psychologique. Qu’on se parle !  

P : Que penses tu de l’esprit de Lueur aujourd’hui ? 

Y : C’est le même que quand je suis arrivé, il y a 10 ans. Je suis un « vieux » maintenant. Il y a moins de monde, mais la façon ne ça fonctionne pas est restée la même.

P : Mais est ce que ce fonctionnement est encore adapté aujourd’hui ?

Y : Il ne faut pas changer. Les journées mensuelles, c’est très bien, il y a de bons intervenants. C’est vrai, les permanences ont changé. C’est mieux il y a quelques années. Il faut peut-être revenir aux fondamentaux et accepter de parler de soi. La dernière heure ne doit pas être systématique. Toujours répéter de ne pas avoir peur de proposer un sujet parce que parfois il y a un empêchement pour la personne et ça sur ne le sait pas toujours.

P : Quand je suis arrivé, il n’y a pas ce débat. Commentaire faire ? Il y a des personnes qui viennent pour, et d’autres qui ne viennent plus parce que justement il y a ce débat qui les gène . 

Y : Ca prouve qu’il y a du chemin à parcourir pour accepter la façon de penser de l’autre. 

P : Commentaire verrais tu la permanence sans le débat ? Par exemple, le mercredi matin, il y a groupes plusieurs constitués et sur faisait la synthèse de ce qui a été dit dans les groupes en fin de rencontre. 

Y : C’est une question d’organisation mais l’important c’est que l’esprit reste le même. 

A : A quoi penses-tu quand tu dis, « il faut plus parler de soi » ?

Y : C’est avoir envie de parler de ce qu’on a fait la semaine précédente. Il n’y a pas de petits ou grands sujets. C’est ça la relation humaine. Ce qu’on dit peut sembler banal pour la personne qui le dit mais pas forcément pour la personne qui l’entend. C’est important que tous les sujets puissent être abordés, qu’on puisse tout dire sans jugement de l’autre. 

Une proposition du flyer actuel, j’ai une remarque à faire. Je trouve qu’il parle trop de la mort, qu’il est un peu trop triste. Je ne l’ai pas lu à friands. Je demande si ça donne envie aux personnes qui lisent ça de venir.

P : Commentaire vois-tu l’avenir de l’association ? 

Y : Je le vois avec moi et avec vous ! 

P : Pour que l’association perdure, qu’est ce qu’il faudrait changer ou améliorer ? 

Il faut garder les journées mensuelles comme elles sont. Et puis quand quelqu’un de nouveau arrive, retourner au fondamental avec un accueil personnalisé et une discussion pas systématique lors des permanences. Je trouve qu’il y a moins de franchise et que de façon générale, sur se confie moins. Trop de personnes se retiennent de dire, je ne comprends pas pourquoi. Il me semble qu’avant sur se livrait plus, sur se faisait confiance, sur a confiance. Il faut des leaders dans les accueillis et dans les accueillants aussi. Ca vient sans doute des personnes. Sur un perdu nos dirigeants. Sur est trop dans le politiquement correct. Formuler des critiques positives qui sont audibles par tous.


C:\Users\Cécile\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Content.IE5\HQLTA3Y7\400px-IMG_20130723_172237[1].jpg

                                                             

MERCREDI 17 FEVRIER

Rue Fernand Jacq – Métro le Blosne

Pôle associatif

JOURNEE RENCONTRE

 

Elle sera à 13h30 - 16h30

Notre journée mensuelle consistera en un échange par petits groupes avant la plénière.

 

Un noter dès à présent la date de notre Assemblée Générale du 17 Mars prochain.

Voici « le bon pour pouvoir » pour ceux qui ne pourront être présents.

En raison de la situation sanitaire nous ne sommes pas en mesure de connaitre les dispositions du gouvernement. Nous statuerons lorsque nous le pourrons.


C:\Users\Cécile\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Content.IE5\9SKVPRS0\traffic-sign-38589_960_720[1].png

Rappel Important : Votre cotisation 2021 doit être à jour pour pouvoir électeur.

MERCI DE VOTRE PARTICIPATION










C:\Program Files\Microsoft Office\MEDIA\OFFICE14\Lines\BD21309_.gif







------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BON POUR POUVOIR

 

Je soussigné ................................................

 

Donne pouvoir à ...........................................

Pour moi représenter et voter à ma place lors de l’Assemblée Générale annuelle de l’Association Lueur d’Espoir qui se tiendra le Mercredi 17 Mars 2021 Au Pôle Associatif, rue Fernand Jacq- Métro le Blosne.

 

Onu.....................................................

 

Signature



Faire précéder la signature de la mention : bon pour pouvoir

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





C:\Program Files\Microsoft Office\MEDIA\OFFICE14\Lines\BD21309_.gif

 

Nos partenaires et soutiens

 
©2021 Lueur d'Espoir. Tous droits réservés.
n° SIREN 428 538 144 | n° SIRET 428 000 26